Cérémonie de Tigabulanan pour Little Ketut

Le 2 septembre dernier a eu lieu à Bali la cérémonie de Tigabulanan pour little Ketut,  le petit frère de Putu. C’est un peu l’équivalent de notre baptême dans notre culture chrétienne.

Ketut a eu la gentillesse de nous envoyer quelques photos ainsi que  des explications sur le sens de cette cérémonie pour les balinais.

img_20160902_211442
Little Ketut, petit frère de Putu, lors de sa cérémonie de Tigabulanan

Alors, qu’est-ce donc que cette cérémonie de Tigabulanan ?

Tigabulanan est la cérémonie du 105e jour (soit trois mois du calendrier balinais approprié), date précise où lors du rituel le prêtre attribue officiellement un nom à l’enfant. Cependant, avec la modernité ambiante qui atteint les coins les plus reculés de Bali, de nombreux parents donnent directement un nom à leur enfant dès sa naissance.

img_20160902_211108
Les parents de Little Ketut

Il demeure que ce troisième rituel est le plus important après la naissance. L’humanité de l’enfant est officiellement reconnue et c’est à ce moment fatidique que les pieds du bébé touchent pour la première fois le sol.

Avant cela, les esprits malfaisants rôdant à même le sol, le bébé était considéré comme un être « humain, trop humain » et donc bien trop fragile pour traîner à terre parmi tous ces démons potentiels… La coutume varie d’une région à une autre, d’une famille ou d’une caste à une autre.

Ici on recouvrira le bébé d’une « cage » en rotin tressé, là on l’enveloppera d’un tissu, mais à chaque fois lorsque que la progéniture est « libérée » de sa carapace provisoire, elle entre – ou mieux intègre – symboliquement dans le monde des humains à part entière. L’enfant n’est plus un don divin mais déjà un membre social de la communauté humaine.

Une communauté de vie toujours en gestation, en mouvement, en renouvellement.Parfois, on trempe les petites mains du bébé dans un grand bol d’eau où nage un poisson (réel ou symbolisé) afin que l’enfant plus tard puisse prospérer et progresser le mieux possible.

img_20160902_211009Le prêtre convoqué fait rouler un œuf sur le corps frêle du bébé pour lui donner de la force, il lui attache ensuite des petits bracelets en coton autour des poignets après les avoir placés sur la tête du petit, cela pour lui présager d’une vie longue et riche.

Accrochés aux bras et aux chevilles des bébés, d’autres bracelets, bagues et colliers – argentés et dorés – offerts en cadeaux de la part de la famille (surtout des parents), viennent encore compléter cette panoplie de bijoux métalliques.

Enfin, autour du cou, le bébé impressionné par autant de précaution et d’attention à son égard porte un collier de protection où généralement une amulette renferme une partie du cordon ombilical.

Pour en savoir plus : Naître à Bali – de la grossesse au 1er anniversaire de l’enfant (merci à Bali autrement)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s